Aujourd’hui, Télédéculottée a une blague pour vous. Prêt à rire et à vous réchauffer dans ce froid qui s’installe ? Ecoutez-bien, mais ne réfléchissez pas trop: « Quelle est la différence entre Danse avec les Stars et Danse Avec Les Loups ? »

Réponse: Dans Danse avec Les Loups il y a des loups !

Drôle, non ? Trêve de plaisanterie, l’heure est venue d’analyser cette saison 6 de Danse Avec Les Stars et de donner notre avis. On est entre la fête du village et un spectacle impressionnant. Oui voilà, le problème majeur de cette saison est l’entre deux, le tiraillement entre le sens du spectacle nécessaire, et la culture populaire de la cible ménagère.

danse-stars-ca-commence-quelques-minutes-1-51502b-0@1x

Dès l’annonce du casting de cette sixième saison, l’encre a coulé, et les claviers se sont animés. « Casting faiblard », « On devrait l’appeler Danse avec les anonymes », « mais qui sont ces gens ? » se sont enchaînés sur Twitter, créant le buzz attendu par la production autour du programme, mais faisant surtout état de l’énervement des téléspectateurs. Car oui, au fil des saisons, le casting s’est affaibli. Au revoir les Marthe Mercadier, André Manoukian, Dolly De Rosso ou Véronique Jannot. Bonjour Olivier Dion, Thierry Samitier ou Loïc Nottet. Ah pardon, vous ne les connaissez pas ? Rassurez-vous nous non plus ! La production est allée les dénicher en Belgique ou au Québec, une question se pose alors ? Nos stars françaises bouderaient-elles le programme ?

Ayons en tête que Danse Avec les Stars, c’est un programme étalé sur 2 mois, qui demande énormément d’investissement personnel, tant physique qu’en terme de disponibilités à plein temps. Les répétitions s’enchaînent tous les jours, et mener une tournée de front semble réellement compliqué. Par ailleurs, l’attrait du programme était auparavant de bénéficier d’un réel tremplin professionnel …pour les stars qui étaient passées du côté obscur de la force: la fin de la notoriété, ou le retour à l’ombre. Matt Pokora, Shy’m ou encore Emmanuel Moire se sont retrouvés sous les feux de la rampe grâce à DALS et ont réussi à relancer leur carrière. Puis Alizée est arrivée. Vous savez, la lolita des années 2000 que vous étiez ravis de retrouver sur le parquet de DALS. Celle qui s’est teinte en blonde platine, qui a sorti un nouvel album juste après… dont elle n’a pas écoulé plus de 10 000 exemplaires. Le flop. Ophélie Winter n’a pas rencontré le succès non plus après sa participation. On attend de voir Priscilla cette année. Peut-être qu’au-delà de relancer une carrière tombée dans l’oubli, DALS constitue donc plutôt une rampe de lancement pour des personnalités qui ne sont pas encore connues et reconnues du grand public. On l’appelerait donc Danse avec les « Stars en devenir ». Loïc Nottet, , le gagnant de cette année bénéficiera sans aucun doute d’une fenêtre d’opportunité pour lancer son disque en France à l’issue du tournage.

enjoy-boys-obtiennent-46-points-se-placent-troisieme-position-classement-provisoire-3bd4cc-0@1x

Qu’en est-il du duo d’animateurs ?

On est déçus. Laurent Ournac a maigri, mais son melon a enflé. Il parle fort, fait des blagues nulles, se lance dans des monologues gênants. Tout est trop rodé, chacun a un rôle prédéfini, et aucune place n’est laissée à la spontanéité.  On est dans le manque de naturel, dans le calcul, et Sandrine Quétier empirerait presque les choses. C’est un comble, quand on sait que c’est la proximité et la sympathie de Laurent Ournac qui ont fait le succès de Camping Paradis.

Le niveau de danse des « stars » laisse également à désirer, certains moments sont gênants, certaines éliminations inexpliquées. La mécanique est trop répétitive et finit par nous lasser.

un-elegant-american-smooth-veronic-dicaire-partenaire-histoire-eternelle-belle-bete-f84bbc-1@1x

Pour assurer le succès de la saison prochaine, il va falloir miser une casting plus attractif, mais également remettre la danse au centre et s’inspirer du prime Disney, qui a su, cette année, remettre le sens du spectacle au premier plan et nous en mettre plein la vue. On peut compter sur un jury légitime et dont l’avis est écouté. Il faudra néanmoins sortir des stéréotypes du Chris Marquez qui est trop sévère, du Jean-Marc Généreux trop excessif, de la Marie-Claude Pietragalla un peu trop dans l’autopromotion.

En tout cas nous avons de notre côté plusieurs idées pour diversifier la marque et la renouveler…

Pauline

Publicités